fumer ou vaporiser?

with Pas de commentaire

La vaporisation est-elle saine? Différences entre vaporisation et combustion du cannabis.

La vaporisation a gagné en popularité depuis ces dernières années, autant que les cigarettes électroniques. Mais qu’est-ce que la vaporisation exactement et est-elle saine?

Essentiellement, la vaporisation est le chauffage du cannabis sans combustion. La chaleur libère les principes actifs sous forme d’une fine vapeur engendrée  par un dispositif de vaporisation. Étant donné qu’il n’y a pas de combustion, aucune fumée n’est produite. Puisque la combustion n’arrive pas, la fumée n’est pas créée. Les vaporisateurs varient dans les tailles et la fonctionnalité.  On trouve des systèmes fixes ou des portables.

Est-ce que la vaporisation est saine?

D’après deux récents sondages, les personnes qui vaporisent les fleurs de cannabis ressentent un effet bénéfique comparativement à la combustion, les vaporisateurs étant spécialement conçus pour le cannabis, sans les émissions des fumées toxiques de la combustion.

Mais que disent les recherches? Est-ce que la vaporisation réduit l’inhalation de ces toxines comme le goudron, l’ammoniaque et d’autres cancérigènes que l’on trouve potentiellement dans la fumée du cannabis?

Bien qu’il n’aie eu très peu de recherches sur la vaporisation du cannabis, les études démontrent que la vaporisation produit notablement moins de toxines que la combustion car il n’y a pas d’émission de fumée. Bien que la combustion de cannabis reste moins toxique que la combustion de cigarettes, toutes formes d’inhalation de fumée ne sont pas saines. Toutes sortes de fumée contiennent des gazes et des particules qui peuvent causer une irritation des poumons et des problèmes respiratoires. En faite, plus de 100 toxines et molécules sont libérées lorsque le cannabis est brûlé. Les fumeurs sont plus astreints aux infections respiratoires et bronchites, par l’influence des toxines de la combustion et non des cannabinoides.

Une des premières études comparant la combustion à la vaporisation, a démontré moins de problèmes respiratoires avec la vaporisation, basée sur un rapport des consommateurs concernant les symptômes respiratoires.

Les avantages de la vaporisation

Beaucoup de patients usagers du cannabis médical ont eu des conséquences sur le système respiratoire et leurs poumons peuvent être fortement irrités par la fumée, donc ils trouvent souvent une bonne alternative dans l’inhalation de vapeur. Certains disent que les vaporisateurs produisent un effet plus pur, différent de la combustion où l’on ressent également l’effet des toxines (monoxyde de carbone, par exemple) .

Dans une récente étude de 2014 ,sur environ 100 sujets qui ont autant fumé que vaporisé, les consommateurs ont rapporté plusieurs avantages de la vaporisation sur la fumée, y compris l’absence d’odeur de fumée et un meilleur goût global.  Ils ont aussi rapporté que la même quantité  de cannabis a produit plus d’effet avec la vapeur. Après l’étude, presque tous les participants ont planifié de continuer l’utilisation de vaporisateur.

Les consommateurs novices ont aussi tendance à préférer vaporiser car l’on peut inhaler la vapeur dans des bouffées courtes plutôt que des respirations profondes. De plus, la discrétion de la vaporisation (densité du nuage) est un avantage supplémentaire que les vaporisateurs apprécient.

Quels peuvent-être les désavantages de la vaporisation?

Les  quelques inconvénients ont un rapport direct avec les réglages intrinsèques au vaporisateur ou la préparation du cannabis; car il doit être moulu dans une consistance adaptée ou encore, l’attente nécessaire à la chauffe du vaporisateur pour une température adéquate, ainsi que le nettoyage du vaporisateur.

De plus, les vaporisateurs sont plus encombrants (taille, poids…) et leurs coûts assez élevés sont dissuasifs, notamment pour les consommateurs occasionnels, bien que rentables, si l’on calcule sur le long terme.

La température compte

Une étude de 2009 était une des premières à s’intéresser à la variabilité des températures liées à la vaporisation. Comme d’autres études, celle-ci a non seulement démontré la diminution d’émissions de toxines lors de la vaporisation mais également l’influence de la température sur ces émissions.

Dans cette étude, le cannabis a été vaporisé à trois températures différentes (170°C, 200°C et 230°C), avec la part de cannabinoides mesuré pour chaque température en utilisant la chromatographie liquide à haute performance (HPLC). Les valeurs à 200°C et 230°C montrent des taux significativement plus hauts que dans la fumée, montrant moins de toxines nuisibles en vaporisant.

La plupart des vaporisateurs chauffent le cannabis à une température juste au-dessous de la combustion, dans une gamme comprise entre 170 à 200°C. Nous savons maintenant que la quantité de matière active libérée augmente lorsque le point d’ébullition de celles-ci sont approchés.

Les températures spécifiques auxquels les divers principes actifs (terpènes. cannabinoides) sont libérés étant connus, par exemple, à partir de 120°C pour le THCA et certains terpènes comme le béta-caryophyllène, 130°C pour le CBDA, 155°C pour le THC, 165°C pour le CBD, de 170°C à 220°C environ pour une grande partie des terpènes et 220°C pour le CBC (cannabichromème).

A partir de ces connaissances, les réglages pourront être adaptés en fonction: si pour l’utilisation médicale, la température dépendra des composés dont vous avez besoin, la température pour l’utilisation récréative reste en grande partie une préférence personnelle.

Actuellement, la médecine approuve que le meilleur moyen d’absorber les principes actifs du cannabis passe par la vaporisation, comme en atteste certains vaporisateurs classifiés comme dispositif médical.

Voici, pour conclure, les 4 raisons principales qui font de la vaporisation le choix des milieux médicaux :

  1. Elimine les risques de nuisances dues aux toxines.
  2. Plus sain pour les poumons.
  3. Meilleurs contrôle, disponibilité et libération des principes actifs.
  4. Moins d’effets secondaires.

La recherche sur la vaporisation de cannabis 

Il y’a quelques dizaines d’années, la recherche n’était pas aussi étendue, car le cannabis était illégal dans la plupart des pays. Comme la légalisation du cannabis et son acceptation dans la médecine continuent de s’étendre dans le monde, comme aux États-Unis par exemple, des études plus scientifiques sont désormais disponibles et ne cessent de s’accroître.

Une augmentation des informations sur la vaporisation et ses effets ainsi qu’une disponibilité croissante des produits dérivés, crée plus de crédibilité et d’assurance aux utilisateurs du cannabis tant pour une utilisation médicinale qu’en usage courant. Les scientifiques peuvent ainsi, étudier les vaporisateurs du cannabis pour analyser leurs effets sur l’organisme, comme dans cette étude portée sur près de 3000 usagers courant entre 18 et 90 ans. Une autre étude examine les préférences de consommation du cannabis sur les patients cancérigènes pour alléger leurs symptômes.

Au vu de le l’accroissement constant des utilisateurs de cannabis percevant la vaporisation comme étant avantageuse et moins nuisible, il est plus important que jamais d’encourager la recherche scientifique à ce sujet.


lire plus sur swissbreeders.ch and Leafly

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.