Consommation de cannabis légal et circulation routière

with Pas de commentaire

Cet article traite des enjeux de circulation routière et de consommation de cannabis légal, comme disponible en Suisse. En effet, la situation est un peu déroutante pour le consommateur a qui on donne libre accès à une substance qui peut se révéler problématique en cas d’analyses sanguine. Si le parallèle serait fait avec l’alcool, on parlerait de 0% au volant, et ne pas avoir bu pendant au moins une semaine avant de prendre la route.

Situation actuelle

Aujourd’hui, la simple présence, et donc détection de THC rend une personne incapable de conduire. En effet, d’après l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière (RS 741.11), « un conducteur est réputé incapable de conduire chaque fois qu’il est prouvé que son sang contient: du tetrahydrocannabinol (le THC dans le cannabis) ».

Ordonnance sur les règles de la circulation routière (RS 741.11) : https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19620246/201705070000/741.11.pdf

A Genève, cette présence est définie dans les directives du procure générale, BARÈME LCR: a) tetrahydrocannabinol (cannabis) : 1,5μg/L. un microgramme (μg) représente 10−6 gramme; mille fois plus petit qu’un milligramme. 1,5μg/L = 0.0015 mg/L

Directive du procureur générale, Barème LCR: http://ge.ch/justice/sites/default/files/justice/common/directives/Directive_B.5_bareme_LCR.pdf

Paramètres

Deux paramètre entrent en ligne de compte; la consommation du consommateur (pas de Cannabis, pas de THC…) et la gestion de ces substance par le corps humain.

Consommation
Le consommateur suisse peut légalement consommer du Cannabis légal sous différente formes; ces produits contiennent du THC jusqu’à 1%, ou pas de THC du tout (THC Free).
Corps humain
Dans le corps d’un homme de 65 kg, circulent 5 à 6 litres de sang, et 4 à 5 litres chez une femme. Comme toute substance, le corps traite et fait disparaître les substances; combien de temps prend le THC pour disparaître du sang? L’article de stop-cannabis explique que le THC se fixe sur des tissus riches en lipides, en particulier au niveau du cerveau. Le temps de rétention du THC dans ces tissus est long: la demi-vie du THC est d’environ 8 jours. En outre, 20% de la quantité de THC présente dans les tissus possède une demi-vie d’environ 2 à 3 mois.
Dépistage de la consommation de cannabis: les tests existants https://www.stop-cannabis.ch/a-propos-des-tests-de-depistage

Calculs théoriques

  • une bouteille de 10ml d’huile 5% CBD <0.2% THC, contient 500mg de CBD, et 20mg de THC
  • une bouteille de 10ml d’huile 5% CBD <0.2% THC, contient 200 gouttes (1/20ml)
  • une goutte (1/20ml) d’huile de 5% CBD <0.2% THC, contient donc 2.5mg de CBD, et 0.1mg de THC.
  • cette goutte, diluée dans 5 litres de sang, enrichirait donc le sang de 0.5mg/L de CBD et 0.02mg/L de THC (limite légale 0.0015mg/L), si le corps ne traitait pas du tout le THC.

En réalité, les études mentionnées ci-dessous, montre un taux analysé effectif, qui prends donc en considération le traitement du THC par le corps humain.

 

les études scientifique sur le sujet:

Cannabinoid concentrations in blood and urine after smoking cannabidiol joints. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30149280

Dans cette étude, les auteurs ont étudié les concentrations sanguines et urinaires de cannabinoïdes d’un utilisateur naïf et d’un utilisateur chronique après avoir fumé du « CBD ». L’usage chronique a été modélisé comme le tabagisme de 2 prises par jour pendant 10 jours. Les joints contenaient 200 mg de cannabis avec des concentrations de THC de 0,94% et 0,8% (ici 1% serait égal à 2mg) et des concentrations de CBD de 23,5% et 17% dans l’expérience du fumeur naïf et du fumeur chronique, respectivement. Après avoir fumé, des échantillons de sang et d’urine ont été prélevés respectivement à 4 et 20 heures après le début de la consommation. Les concentrations sanguines de THC ont atteint 2,7 et 4,5 ng/mL chez les utilisateurs naïfs et chroniques, respectivement. Dans les deux cas, la concentration de THC dans le sang est nettement supérieure au seuil de 1,5 ng/ml du trafic routier suisse. Par conséquent, l’utilisateur était légalement inapte à conduire directement après avoir fumé. Des concentrations sanguines de CBD de 45,7 et 82,6 ng/mL ont été atteintes chez les utilisateurs naïfs et chroniques, respectivement. Pendant la période de fumage de 10 jours, des échantillons de sang et d’urine ont été prélevés régulièrement.

Detection of delta-9-tetrahydrocannabinol (THC) in oral fluid, blood and urine following oral consumption of low-content THC hemp oil. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29408718

Des produits alimentaires dérivés du cannabis (Cannabis sativa L.) contenant des traces de Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC) sont proposés pour consommation en Australie et en Nouvelle-Zélande ; cependant, il n’est pas clair si l’utilisation de ces produits aura un effet négatif sur les protocoles existants de dépistage. Cet essai croisé à double insu, à l’intérieur d’un même sujet, a évalué 35 adultes (17 hommes et 18 femmes) âgés de 22 à 52 ans[moyenne = 30,7, écart-type (écart-type) ± 7,6]. De l’huile de THC à faible dose[de l’huile de sésame porteuse de 5 mL contenant 10 mg/kg de THC (0,046 mg de THC par dose de 5 mL)] ; de l’huile de THC à dose élevée[de l’huile de sésame porteuse de 5 mL contenant 20 mg de THC (0,092 mg de THC pour 5 mL)] ; une huile placebo (THC négative) a été consommée pendant trois semaines de traitement. Le dispositif Securetec Drugwipe® II Twin a évalué la présence de THC (teneur limite de 20 ng/ml) dans le liquide buccal au départ, à 5, 30, 60, 120 et 240 minutes après le traitement. On a prélevé du sang au départ, 30, 120 et 240 minutes après le traitement, et de l’urine au départ et 240 minutes après le traitement. Aucun THC n’a été décelé dans les échantillons de liquide oral, de sang ou d’urine à aucun moment après la consommation de la dose faible ou élevée de THC. Des traces d’acide 11-nor-Δ9-tétrahydrocannabinol-9-carboxylique (THCa) ont été détectées dans le sang 4 h après la consommation du traitement THC élevé (M=0,0001mg/L) et dans l’urine 4 h après la consommation des traitements THC bas et élevé (M=0,0001mg/L et 0,0004mg/L respectivement). La consommation d’huile de THC à faible teneur en THC ne donne pas lieu à des évaluations biologiques positives. Il est donc très peu probable que l’ingestion de produits contenant ces niveaux de THC ait un impact négatif sur les protocoles régionaux existants de lutte contre la drogue au volant.

Analyses des résultats

Dans la première étude citée ci-dessus, il y 2 prises par jour de 2mg de THC, sur 10 jours = 40mg au total (0.2g de Cannabis fumé 2x par jour, contenant <1% de THC)

Max détection = 0,0457 mg/L et 0,0826 mg/L = positif,  car la limite en circulation routière est de 0.0015 mg/L

Dans la deuxième étude citée ci-dessus, il y a une prise de 0,046 mg THC par jour pendant 30J (équivalent à une consommation d’une demi bouteille d’huile 10ml contenant 0.001% THC) 200x moins qu’une huile <0.2%THC

Max détection 4 h après la consommation des traitements 0,0001mg/L

ainsi que 0,092 mg THC par jour pendant 30J (équivalent à une consommation d’une demi bouteille d’huile 10ml contenant 0.002% THC) 100x moins qu’une huile <0.2%THC.

Max détection 4 h après la consommation des traitements 0,0004mg/L

si on applique un facteur x100 pour convertir à une consommation d’une huile à <0.2%, alors la détection serait de 0,0400 mg/L = positif,  car la limite en circulation routière est de 0.0015 mg/L

Conclusion

Les produits à base de Cannabis légal sont légal à la consommation; actuellement leur consommation peut poser problème en cas de conduite d’un véhicule car on y associera une présence à une influence et donc une incapacité de conduite; cette situation demande l’ajustement du taux de la présence de THC et donc une distinction entre conduite sous « influence » et « présence » de THC dans le sang. Pour l’alcool, le 0.5 pour mille c’est la limite de la présence acceptable, au delà duquel on parle d’influence et donc d’interdiction.

D’autres études sur le sujet:

Cannabis effects on driving longitudinal control with and without alcohol.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26889769

Des produits alimentaires dérivés du cannabis (Cannabis sativa L.) contenant des traces de Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC) sont proposés pour consommation en Australie et en Nouvelle-Zélande ; cependant, il n’est pas clair si l’utilisation de ces produits aura un effet négatif sur les protocoles existants de dépistage. Cet essai croisé à double insu, à l’intérieur d’un même sujet, a évalué 35 adultes (17 hommes et 18 femmes) âgés de 22 à 52 ans[moyenne = 30,7, écart-type (écart-type) ± 7,6]. De l’huile de THC à faible dose[de l’huile de sésame porteuse de 5 mL contenant 10 mg/kg de THC (0,046 mg de THC par dose de 5 mL)] ; de l’huile de THC à dose élevée[de l’huile de sésame porteuse de 5 mL contenant 20 mg de THC (0,092 mg de THC pour 5 mL)] ; une huile placebo (THC négative) a été consommée pendant trois semaines de traitement. Le dispositif Securetec Drugwipe® II Twin a évalué la présence de THC (teneur limite de 20 ng/ml) dans le liquide buccal au départ, à 5, 30, 60, 120 et 240 minutes après le traitement. On a prélevé du sang au départ, 30, 120 et 240 minutes après le traitement, et de l’urine au départ et 240 minutes après le traitement. Aucun THC n’a été décelé dans les échantillons de liquide oral, de sang ou d’urine à aucun moment après la consommation de la dose faible ou élevée de THC. Des traces d’acide 11-nor-Δ9-tétrahydrocannabinol-9-carboxylique (THCa) ont été détectées dans le sang 4 h après la consommation du traitement THC élevé (M=0,0001mg/L) et dans l’urine 4 h après la consommation des traitements THC bas et élevé (M=0,0001mg/L et 0,0004mg/L respectivement). La consommation d’huile de THC à faible teneur en THC ne donne pas lieu à des évaluations biologiques positives. Il est donc très peu probable que l’ingestion de produits contenant ces niveaux de THC ait un impact négatif sur les protocoles régionaux existants de lutte contre la drogue au volant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.